Meubles Gautier, le fournisseur de proximité des Britanniques

Destination historique des meubles Gautier à l’international, le Royaume-Uni devrait rester son premier marché étranger (20 % de ses exportations), pronostique David Soulard, le directeur général de l'ETI familiale.

Partager cet article sur:

Destination historique des meubles Gautier à l’international, le Royaume-Uni devrait rester son premier marché étranger (20 % de ses exportations), pronostique David Soulard, le directeur général de cette belle ETI familiale qui emploie 800 personnes et réalise 120 millions de chiffre d’affaires, dont un cinquième hors de France. 

Sur le continent européen, le fabricant de meubles de milieu de gamme pour la maison et le bureau est solidement implanté en Espagne, au Portugal et en Suisse. Ailleurs, il a tissé sa toile au gré des opportunités. La marque est présente dans le Golfe persique, en Asie (Corée du Sud, Mongolie, Philippines), au Maghreb et en Afrique subsaharienne (Congo et Madagascar), en Russie et au Canada. 

Des affaires prospères grâce au déconfinement

Depuis le Brexit, Gautier a enregistré un ralentissement de ses ventes à Londres, où l’une de ses principales cibles, la communauté expatriée, a en partie déménagé. Partout ailleurs, ses affaires sont prospères grâce au déconfinement ; beaucoup de consommateurs ont investi pour embellir leur intérieur. Et son dirigeant anticipe une croissance de l’activité à moyen terme : « Dans la négociation qui s’est ouverte avec Bruxelles, les autorités britanniques seront sans doute intransigeantes pour protéger leurs filières domestiques puissantes. Pour le reste, ils n’ont pas d’intérêt à entraver les flux entrants : à l’instar des Américains, les Britanniques achètent tout autant un produit qu’un service. Ils sont très friands de la livraison zéro délai des meubles que leurs industriels ne fabriquent plus. Il se trouve que c’est l’un de nos points forts ».

Zéro stock chez les distributeurs

Outre-Manche, l’entreprise a créé une filiale commerciale à Egham, dans la banlieue sud-est de Londres. Ses deux collaborateurs ont pour mission de développer la marque et ses franchises. Elle ne possède aucun entrepôt et n’impose pas de stock à ses distributeurs. Car l’une des forces de la société française réside dans sa capacité à approvisionner chaque semaine ses clients britanniques depuis ses deux usines vendéennes. « Nous sommes leurs fournisseurs de proximité », résume David Soulard. Résultat, Gautier ne facture aucun des surcoûts logistiques qui pèsent les importateurs de produits concurrents en provenance d’Asie, et qui de surcroît, affirme le dirigeant, doivent régulièrement assumer les frais de remise en état de ces meubles sortis de chaînes low-costs.

Une touche contemporaine et intemporelle 

Historiquement, Gautier a bâti sa réputation sur ses deux points forts : l’art de vivre à la française et une qualité irréprochable. C’est pourquoi ses usines produisent toujours 95 % des meubles que l’entreprise écoule sous ses quatre marques : « Gautier » pour la maison, « Gautier Office » pour le bureau, « Galipette » pour les tous petits et « Gami », sa marque de distributeur. David Soulard, qui a piloté l’internationalisation de l’entreprise, explique : « Il y a quinze ans, lorsque j’ai racheté avec mes frères et sœurs cette société fondée par mon grand-père, dont il avait dû se séparer après avoir fait de mauvaises affaires, nous avons immédiatement intégré l’international dans notre stratégie. Nos designers ont revu la gamme pour lui donner une touche contemporaine et intemporelle. C’était l’atout manquant pour tenter l’aventure de l’export ». Aujourd’hui, l’entreprise, qui possède 70 magasins en France et 50 à l’étranger, affiche un quatrième atout maître : la maîtrise de la logistique de bout en bout.

Retrouvez l’ensemble des interviews de l’édition de Pramex 2020 ici :


Découvrez les belles histoires d’entreprises engagées à l’international et accompagnées par Banque Populaire.