La croissance du commerce international ne faiblit pas

Le baromètre CGI-Banque Populaire du commerce international et du BtoB incite les entreprises à accélérer leur développement à l’international.

Partager cet article sur:

En dépit du ralentissement observé de l’économie française en fin d’année, l’activité du commerce international, selon le baromètre du commerce international et du B to B réalisé par la Confédération du commerce de gros et international (CGI) et Banque Populaire, a poursuivi sa croissance l’an dernier. Les vents étaient pourtant contraires avec une détérioration du climat des affaires et un tassement de la consommation des ménages.

« Dans ce climat macro-économique morose, et dans un contexte politique incertain, le chiffre d’affaires du commerce international a sensiblement progressé au cours du quatrième trimestre 2018 par rapport au même trimestre de 2017, à hauteur de 4,5%, explique Quoc Hoang-Co, directeur des Ingénieries de l’Entreprise à la Direction du Développement de Banque Populaire. Ce dynamisme du commerce international a constitué le principal moteur de l’activité B2B en France. Sur l’ensemble de l’année 2018, sa progression a atteint 2,5%. »

Les tensions commerciales entre les Etats-Unis, l’Europe et la Chine, le ralentissement de la croissance mondiale, ou les interrogations sur le Brexit ne semblent pas impacter l’activité internationale des entreprises françaises.

Et l’année 2019 devrait s’inscrire dans cette tendance.

Les enquêtes d’opinion CGI font apparaître un solde d’opinion positif de 20 points quand on interroge les dirigeants d’entreprise sur leurs prévisions de chiffre d’affaires à l’international. Ce qui dénote une certaine confiance dans l’avenir.

Autre argument, alors que la situation de trésorerie se dégrade pour l’ensemble des acteurs économiques (- 9 points dans les enquêtes d’opinion), avec un allongement des délais de paiement, les professionnels du commerce international de leur côté sont nettement plus nombreux à anticiper une amélioration de leur situation budgétaire que l’inverse (+ 22 points). 

CAP SUR L’EUROPE ET L’ASIE

Les zones géographiques jugées les plus prometteuses pour le début d’année sont l’Asie (58%) et l’Europe (48%), tandis que le secteur des matières premières se révèle porteur.

Cet essor du commerce international a bénéficié au commerce B to B qui a crû de 1% au quatrième trimestre 2018 par rapport à celui de 2017. L’indicateur est revenu à son niveau d’avant-crise, d’avant 2009. Le secteur de l’approvisionnement à la construction (avec un chiffre d’affaires en progression de 2,5%) est resté bien orienté, tandis que le rythme de progression de l’industrie et des pièces détachées pour l’automobile (+ 1%) et celui des produits agricoles et alimentaires (+ 0,5%) se sont tassés.

Sur l’ensemble de 2019, l’activité du commerce B to B est attendue en hausse, sous réserve que le commerce international conserve son dynamisme.

Source : Baromètre du commerce international et du BtoB, 8e édition 2019 note n°08 – février 2019, quatrième trimestre 2018, Confédération du commerce de gros et international (CGI) – Banque Populaire.

Télécharger le Baromètre_CGI_8e_edition

Découvrez les belles histoires d’entreprises engagées à l’international et accompagnées par Banque Populaire.