Des lauréats engagés pour le Prix de l’ambition décerné par Banque Populaire

Dans le cadre du colloque sur l’engagement sociétal organisé par les associations des élèves de Polytechnique et d’HEC, et dont Banque Populaire était partenaire, un prix de l’ambition a été décerné.

Partager cet article sur:

En tant que première banque des PME, Banque Populaire était partenaire du deuxième colloque organisé par les associations des élèves de l’école Polytechnique et d’HEC qui avait pour thème : « Engagement Sociétal & Carrière : Conciliation ou Utopie ? ». 

Parallèlement à la manifestation, un concours de pitchs de projets engagés et avec du sens, et s’adressant à des étudiants ou à des diplômés des deux écoles, était organisé sous l’égide de Banque Populaire. Le jury, présidé par Marianne Vergnes, Responsable du marché des entreprises de croissance à la Banque Populaire, a récompensé un lauréat pour chaque école et un coup de cœur.

Prix Polytechnique : Matthieu Joubrel, de l’énergie grâce aux eaux usées 

Actuellement en troisième année de l’école Polytechnique, Mathieu Joubrel, suit en parallèle de son cursus classique une formation Entrepreneuriat par l’innovation technologique. L’idée du cours : découvrir dans la littérature scientifique des innovations qui pourraient déboucher sur un projet de start-up et une application industrielle. 

« Avec deux autres élèves, nous avons trouvé notre idée de projet dans les travaux de recherche d’un laboratoire en chimie de Grenoble sur la pile microbienne. Le concept consiste dans la possibilité de valoriser la biomasse présente dans les eaux usées des stations d’épuration pour produire de l’énergie, en l’occurrence de l’hydrogène », explique Mathieu. « Cette énergie serait d’autant plus intéressante qu’elle serait produite à un coût faible et sans pollution », renchérit-il. Un projet que Mathieu compte mettre en œuvre en parallèle de ses études. 

Prix HEC : Calamagui, la maison d’édition dont les auteurs sont les enfants

Après 10 ans passés dans le conseil, à sa sortie d’HEC, Sarah Brossolette a décidé de donner plus de sens à sa vie professionnelle. Après avoir longtemps hésité entre l’enseignement et la création d’entreprise, elle a finalement réussi à concilier les deux en créant Calamagui après avoir constaté l’émotion et la fierté suscitées chez sa fille aînée par la coréalisation d’un livre. 

« Nous proposons aux enfants, de la petite section au collège, de créer leur propre livre, indique Sarah. Ils écrivent leur histoire, créent les illustrations, et peuvent même faire un enregistrement audio. Ils réalisent ensuite leur livre en ligne et le reçoivent par courrier ». 

La société propose aux enseignants un projet pédagogique clé en main, avec un kit pédagogique et un outil de création de livre. « Surtout, créer un livre suscite chez les enfants de l’enthousiasme d’apprendre, donne envie de travailler ensemble, développe des compétences nouvelles » argumente Sarah. Et ça marche, avec déjà plus de 600 écoles séduites ! 

Le Coup de cœur : Virginie Ciceronà la découverte du café du Viêtnam

Sensibilisée à la problématique de l’eau, Virginie Ciceron s’inscrit au Master en développement durable d’HEC, et découvre l’entrepreneuriat social. Elle met alors un terme à sa carrière dans le monde de la finance et part au Viêtnam dans les hauts plateaux de Dalat où un projet de plantation de café dans un village ethnique se lance. Une aubaine alors qu’elle souhaitait renouer avec ses racines maternelles vietnamiennes. 

Les aléas de la création d’entreprise, un stock détruit par une inondation l’obligent quelques années plus tard à rentrer en France où elle découvre le succès grandissant du café haut de gamme.

Forte d’une conviction qui l’anime, – « le luxe est un levier formidable pour lutter contre la pauvreté » -, elle décide de développer en France pour les communautés de fermiers vietnamiens avec lesquelles elle travaille un circuit court d’exportation et de distribution de leur café. Un café d’exception noté parmi les 5% meilleurs mondiaux.

Les premiers retours de la gastronomie sont positifs, et le café de Dalat devrait bientôt prendre place sur les meilleures tables de l’Hexagone. 

Fort de l’engagement de Banque Populaire auprès des PME, Marianne Vergnes explique : « Le partenariat avec des grands acteurs comme HEC et Polytechnique, qui forment de nombreux entrepreneurs, s’inscrit dans l’ADN de Banque Populaire. En raison de notre place dans l’écosystème des PME et des entreprises innovantes, nous sommes fiers de soutenir les lauréats de cette édition. » 

Banque Populaire accompagne les entrepreneurs pour leur financement, mais son rôle de soutien va bien au-delà. « Nous sommes à l’écoute des spécificités des start-up et des mutations en cours dans l’organisation et la gestion des entreprises pour apporter aux unes et aux autres des réponses adaptées », conclut-elle.  

Retrouvez l’offre et les services proposés par Banque Populaire aux entreprises innovantes (start-up, PME et ETI) ainsi que le détail de l’accompagnement NEXT INNOV.