Décomplexés, les jeunes revendiquent une réussite différente

Selon la dernière étude Observatoire de la réussite menée par Ipsos en fin 2019 pour Banque Populaire, les jeunes générations expriment leur volonté de réussir selon leurs propres critères.

Partager cet article sur:

Selon la dernière étude Observatoire de la réussite menée par Ipsos en fin 2019 pour Banque Populaire, les jeunes générations expriment leur volonté de réussir selon leurs propres critères. La réussite doit avant tout être liée à la réalisation d’un projet en accord avec leurs valeurs et passer par un équilibre vie professionnelle / vie personnelle.

Les jeunes & la réussite : quelle vision ?

Les 16-24 ans se distinguent de leurs aînés par la perception très positive qu’ils ont de la réussite. Pour 65 % d’entre eux, « la réussite, c’est le bonheur » (contre 55 % pour le panel global). 

La réussite : l’aboutissement d’un projet

Plus décomplexés, 48 % d’entre eux considèrent la réussite comme une dimension importante de leur vie (contre seulement 28 % de l’ensemble). Mais attention aux interprétations hâtives, met en garde Thibaut Nguyen, directeur Tendances et Prospective chez Ipsos et auteur de l’Observatoire 2018/2019 Les Français et la réussite
« Les jeunes ont une vision différente de la réussite, dépouillée de la notion de richesse économique et de pouvoir social, il est donc moins tabou d’afficher sa volonté de réussite. »
En effet, réussir pour les jeunes c’est d’abord et avant tout un aboutissement et la concrétisation d’un projet. « La notion de projet est fondamentale chez les jeunes, précise Thibaut Nguyen. Si j’ai un bon projet, c’est le début de la réussite, il me permettra de trouver l’équilibre entre ce que je suis, mes valeurs et ma carrière sans empiéter sur mon équilibre personnel et ma vie de famille. » 

Une génération plus exigeante 

Autre condition fondamentale pour les jeunes, ce projet doit être porteur de sens et être utile à la société. « Il y a une forte notion d’engagement chez les jeunes qui va se renforcer dans les prochaines années », ajoute le chercheur. En revanche, la concrétisation de ce projet ne passe pas forcément par la création d’une entreprise : il peut être réaliser au sein d’un grand groupe ou d’une PME. « Quelle que soit la structure dans laquelle ils vont travailler, les millénials refusent de mettre leur personnalité au second plan, insiste Thibaut Nguyen. Ils sont plus exigeants que la génération précédente et veulent trouver un équilibre entre leurs valeurs, leur sphère privée et leur vie professionnelle. »

Réussir, c’est un état d’esprit

S’il n’est pas vu comme la seule condition de la réussite, les jeunes ne dévalorisent pas l’argent et la réussite financière. Plus de la moitié d’entre eux estime qu’on peut réussir matériellement tout en étant quelqu’un de bien. En d’autres termes, si mon projet aboutit il est normal que j’en récolte les fruits. À titre d’exemple, pour 75 % des jeunes, Mark Zuckerberg, le milliardaire patron de Facebook, incarne la réussite (une idée partagée par seulement 65 % du panel global). « Il incarne la réussite aux yeux des jeunes car il a développé un projet novateur avec succès, son but premier n’était pas de devenir riche », souligne Thibaut Nguyen. 

Egocentrés mais pas égoïstes

Les jeunes estiment qu’il ne peut y avoir de réussite sans prise de risques. Il faut être dans un état d’esprit optimiste, « en vouloir » et se donner les moyens, quitte à être égocentré : un quart des 16-24 ans estiment ainsi que pour réussir, il faut penser à soi avant tout. « La génération X et Y est consciente qu’elle ne peut compter que sur elle-même pour réussir, dans un contexte de déclin des pouvoirs publicsLes jeunes ont une conceptionégocentrée de la réussite, c’est à dire qu’elle dépend de moi et me correspond, sans pour autant être égoïste car elle doit apporter quelque chose de positif à la société », conclut Thibaut Nguyen.

Banque Populaire, engagée auprès des étudiants entrepreneurs

Créée par des entrepreneurs et pour des entrepreneurs, Banque Populaire contribue activement à l’essor de l’entrepreneuriat en France. Elle est partenaire de PEPITE France depuis son origine et soutient depuis 2015 le Programme Étudiant Pour l’Innovationpour faciliter la création d’entreprise grâce à un accompagnement juridique et financier.

Découvrez aussi nos différentes analyses de l’étude :

Découvrez les belles histoires d’entreprises innovantes (start-up, PME et ETI) soutenues et accompagnées par Banque Populaire.