Andjaro, une plateforme pour gérer les besoins immédiats en compétence

Partager cet article sur:

La jeune pousse vient de recevoir le premier « Prix Next Innov by Banque Populaire et Maddyness » qui met à l’honneur les start-up BtoB. Fondée en 2015, Andjaro affiche une augmentation constante de son chiffre d’affaires mensuel. Il pourrait avoir doublé en fin d’année et la société devenir rentable pour la première fois. Une bonne nouvelle pour les investisseurs qui l’accompagnent. La start-up a procédé à deux levées de fonds. Forte aujourd’hui d’une quarantaine de salariés, elle a pris pied cette année au Royaume-Uni, où sa petite équipe locale s’apprête à signer son premier contrat. Ce brillant parcours a été salué le 6 juin dernier par l’obtention du premier « Prix Next Innov by Banque Populaire et Maddyness ». Co-fondateur et directeur général, Quentin Guilluy, 30 ans, confie : « Au-delà de la dotation de 10 000 euros, ce prix parrainé par Banque Populaire constitue un formidable encouragement pour nos équipes. De surcroît, il contribue à l’effet de notoriété et valorise notre offre au sein de la banque ». À la suite de la remise de ce prix, Quentin et ses associés ont été invités à pitcher devant les représentants des grandes directions du groupe bancaire. Les services de la start-up BtoB pourront ainsi être mis en valeur dans le réseau national BPCE. 

 L’aventure Andjaro a démarré par une application mobile mettant en relation les restaurateurs et le personnel spécialisé dans les « extras ». Quentin Guilluy explique : « Formé aux ressources humaines en apprentissage, j’étais encore très jeune, mais j’avais déjà beaucoup bourlingué en France et à l’étranger dans des entreprises aussi diverses que Leroy-Merlin, le Crédit Agricole ou LVMH. J’avais perçu leurs difficultés à gérer les besoins immédiats en compétences et le poids de la facture de l’intérim. La mode était l’ubérisation, nous avons eu l’idée de disrupter le fonctionnement de l’intérim ». Après ce premier test, les quatre associés modifient leur stratégie et lancent une place de marché numérique pour gérer les besoins en compétences au sein de l’entreprise. Les profils autorisés par le gestionnaire remplissent un questionnaire : leurs compétences et leurs expériences fortes, leurs disponibilités, voir leur coût (qui peut varier selon les statuts). À chaque requête, un algorithme établit les convergences. En cas d’échec, la recherche est redirigée vers les ressources des agences d’intérim partenaires de l’entreprise grâce à une connexion développée à cet effet. Quentin Guilluy : « Nous vendons à la fois de l’efficacité et des économies d’échelle. Dans le meilleur des cas, les managers tiennent à jour les compétences immédiatement disponibles en remplissant à la main un tableau Excel. Souvent, rien n’existe. Ceux qui s’abonnent à notre solution réalisent quasi immédiatement jusqu’à 30 % d’économies sur leur facture d’intérim ». Elior, Engie, Dalkia, Lagardère ou encore un réseau Crèche Attitude ont été séduit par la solution d’Andjaro.

Découvrez les belles histoires d’entreprises innovantes (start-up, PME et ETI) soutenues et accompagnées par Banque Populaire.