PeopleDoc2_1200x630

PeopleDoc veut devenir leader aux Etats Unis

Jonathan Benhamou, fondateur de PeopleDoc.

Partager cet article sur:

j-benhamou

Start-up française à l’international : PeopleDoc, spécialiste de la dématérialisation des documents RH

Retrouvez ci-dessous le témoignage de Jonathan Benhamou, fondateur de PeopleDoc.
La start-up française spécialiste de la dématérialisation des documents RH des entreprises s’est implantée aux États-Unis, en Angleterre et en Allemagne. Elle espère doper sa valorisation outre-Atlantique pour atteindre le milliard de dollars et s’imposer en tant que nouvelle licorne française.

« En 2013, j’ai rencontré un investisseur anglais qui m’a dit : “Si tu veux devenir global et que l’on entre dans ton capital, tu dois t’installer aux États-Unis.” Mon associé et moi avons pris un billet d’avion et nous sommes partis en reconnaissance. Quelques mois plus tard, en novembre 2013, je m’installais à New York avec ma famille et je créais une filiale. En l’espace de quelques semaines, je signais seul trois clients. » C’est en 2010 à Paris que Jonathan Benhamou, accompagné de Clément Buyse, a créé PeopleDoc : un coffre-fort électronique pour dématérialiser les documents RH d’une entreprise, à commencer par la fiche de paie. Sept ans plus tard, la start-up française compte plus de 600 clients dans le monde, emploie 180 collaborateurs, travaille dans une centaine de pays et a levé plus de 50 millions de dollars.

« Aux États-Unis, j’ai aussitôt recruté une vingtaine de personnes, persuadé que mes trois premiers clients allaient vite en attirer d’autres, se souvient le dirigeant. Et puis plus rien. Durant un an, le calme plat. Le plus dur, c’était d’arriver chaque matin au bureau avec le sourire. » Le créateur de PeopleDoc avoue n’avoir d’abord rien compris au business outre-Atlantique : « J’ai essayé de reproduire ce que j’avais fait en France, mais ça n’a pas marché. Là-bas, il faut repartir de zéro et ça demande beaucoup de temps. J’ai dû changer complètement l’équipe en 2015. » Une erreur de casting qui a failli être fatale. « Dans le marketing, les États-Unis travaillent sur des campagnes de masse quand nous sommes plutôt habitués en Europe à un marketing de réputation, confesse Jonathan Benhamou. Idem dans le commercial : en France, les vendeurs sont des “thinkers” qui réfléchissent à ce qu’ils doivent faire avant de passer à l’acte et ont tendance à analyser toutes les consignes qui leur sont données, tandis que les Américains sont des “doers” (1) qui ne se posent pas de questions avant d’agir mais qui ont besoin en revanche de suivre des process bien définis. En outre, pour une même activité commerciale, il faut beaucoup plus de vendeurs aux États-Unis que chez nous. »

Pourquoi New York ? « C’est plus proche de Paris, note simplement Jonathan Benhamou, c’est plus facile pour gérer les équipes depuis l’Europe ou dans l’autre sens. Et sur la côte Ouest, il est plus difficile d’attirer les talents et de les conserver. Nous avons des collaborateurs à Washington, Denver, Los Angeles, San Francisco, Chicago, Boston, Philadelphie. Si c’était à refaire, je crois que j’opterais plutôt pour une ville moyenne – Dallas, Austin, Philadelphie – où le coût de la vie est moins cher et où il est plus facile de recruter. »

Depuis, PeopleDoc a franchi d’autres frontières en ouvrant l’an passé des filiales à Londres à Stuttgart. « En Allemagne, nous avons recruté des personnes expérimentées, débauchées chez des concurrents, reconnaît le dirigeant. Nous sommes encore en phase de test, pour explorer le marché, mais nous sommes déjà certains de faire cette année 300 % de notre objectif. » Une expansion internationale (PeopleDoc possède également des bureaux au Canada et en Finlande) qui reste cependant contrôlée, comme l’assure Jonathan Benhamou qui veut se concentrer sur ses principaux marchés : « Sur le seul marché américain, nous pourrions atteindre une valorisation d’un milliard de dollars. »

(1) Penseurs et faiseurs, allusion à la conception managériale de l’entreprise selon laquelle il y a d’un côté ceux qui pensent le travail et de l’autre ceux qui le réalisent.

 

Découvrez les belles histoires d’entreprises engagées à l’international et accompagnées par Banque Populaire.