Sylvain Accorsini, Mécafi

Mécafi fait décoller l’aéronautique mondiale

CENTRE - VAL DE LOIRE - ÎLE-DE-FRANCE

Pour innover, l'entreprise doit savoir se mettre en danger et mélanger son savoir-faire aux process futuristes.

Partager cet article sur:

Grâce à sa capacité à innover, Mécafi est devenue, en l’espace de dix ans, une championne mondiale de l’usinage à forte valeur ajoutée, décuplant à la fois son activité et ses effectifs.

Sylvain Accorsini est l’entrepreneur à l’origine de la reprise de cette entreprise de Châtellerault en 2005. Il a misé d’emblée sur la R&D (recherche et développement, la clé de l’innovation d’entreprise) en y consacrant chaque année entre 10 et 20 % de son chiffre d’affaires. Mécafi investit notamment dans
l’ « additive manufacturing », l’impression 3D métallique, en passe de révolutionner le secteur de l’aéronautique.

Aujourd’hui, le groupe Atmec – maison-mère de Mécafi – pèse 72 millions d’euros de chiffre d’affaires avec quelque 650 salariés, une filiale en Pologne, et l’ambition de dépasser les 100 millions d’euros de commandes et les 800 salariés d’ici trois ans.

 

Sylvain Accorsini, président de Mécafi - © Frédéric Stucin / La Company

Mes conseils aux créateurs de start-up

par Sylvain Accorsini, président de Mécafi

1- Miser sur ses savoir-faire spécifiques : la clé de l’innovation

Lorsque j’ai repris Mécafi, j’ai tout de suite compris qu’il fallait faire ce que les autres ne savaient pas faire en misant sur les compétences propres de l’entreprise. Nous étions des champions de l’usinage de haute précision. Nous devions aller vers les secteurs d’activité les plus complexes et les plus exigeants comme l’aéronautique ou la compétition automobile. C’était une façon de se mettre en danger. L’innovation, le désir d’entreprise, c’est aussi oser la prise de risque.

2- Innover en permanence

Nos clients voulaient des produits plus légers, plus petits mais plus résistants. C’est ce qui a boosté notre R&D. Une entreprise qui se rêve innovante doit s’en donner les moyens, investir de nouveaux domaines, étendre son territoire légitime. Nous avons appris à utiliser des matériaux innovants à partir de notre métier de base sur l’usinage du métal. Et peu à peu, nous avons transformé notre métier. Aujourd’hui, nous prenons le virage de l’impression 3D.

3- Ne pas hésiter à se diversifier

Mon idée était simple : je voulais intégrer au maximum la valeur ajoutée sur l’ensemble de la chaîne. Pour cela, nous avons créé une activité de haute technologie pour laquelle il a fallu former nos collaborateurs. À la clé, une nouvelle usine pour une compétence nouvelle dans les procédés spéciaux et une plus grande réactivité à la demande de nos clients.

Découvrez les belles histoires d’entreprises innovantes (start-up, PME et ETI) soutenues et accompagnées par Banque Populaire.