L'innovation à Grenoble

Être chercheur, devenir entrepreneur

AUVERGNE-RHôNE-ALPES

L'écosystème d'entreprises de la French Tech autour des institutions de recherche scientifique de Grenoble doit beaucoup à Daniel Pilaud, président de Digital Grenoble.

Partager cet article sur:

Aider les start-up à décoller après avoir été aidé

Qui dit recherche dans le numérique et création d’entreprise en région Rhône-Alpes, dit forcément IT-Translation. « Nous aidons les chercheurs à devenir entrepreneurs », explique Daniel Pilaud, l’un des personnages clés du dispositif d’aides à la recherche. En 1999, cet informaticien spécialiste des systèmes embarqués crée PolySpace Technologies au sein de l’incubateur d’Inria (Institut national de recherche en informatique et en automatique) Grenoble. Devenue l’un des leaders de son secteur (60 salariés, 10 millions d’euros de chiffre d’affaires, des filiales en Grande-Bretagne, en Allemagne et aux États-Unis), l’entreprise est revendue outre-Atlantique en 2007.

« Se posait alors la question de mon avenir professionnel », note Daniel Pilaud qui rejoint l’équipe d’Inria après avoir un temps aidé des start-up en tant que business angel. « Je voulais accompagner des PME dans leur croissance, dans leur développement, mais je ne pouvais en accompagner que trois ou quatre, c’était frustrant », souligne le président de Digital Grenoble qui porte la dynamique French Tech.

Daniel Pilaud, membre du directoire d'IT-Translation
Daniel Pilaud, membre du directoire d’IT-Translation

L’étape de l’ultra-amorçage : base de l’aide aux entreprises de recherche

La création d’IT-Translation par une demi-douzaine de chercheurs entrepreneurs, rompus aux exigences et aux subtilités des aides à la recherche, visait à intervenir très en amont dans le parcours de création des jeunes pousses. Son objectif est de faire de l’ultra-amorçage en tant qu’investisseur et cofondateur de start-up techno-numériques issues de la recherche publique ou privée, pour intervenir dès l’étape de l’idée. Le fonds dispose de 30 millions d’euros apportés par Bpifrance, le Fonds européen d’investissement et Inria. « Nous investissons un ticket de 300 000 euros dans chaque entreprise, confie Daniel Pilaud, pas uniquement à Grenoble ou en Rhône-Alpes mais partout en France. »

Amener le chercheur-entrepreneur dans le monde de l’entreprise

IT-Translation dispose à ce jour de 35 sociétés en portefeuille. « Nous sommes souvent un acteur très significatif au démarrage de l’entreprise, se félicite Daniel Pilaud. Notre expertise permet de plus en plus de fédérer des banques sur les projets avec des prêts à moyen terme accordés y compris en phase de démarrage. » À la clé, un véritable accompagnement des start-up avec l’objectif de traduire la technologie en produit ou en service pour amener le chercheur-entrepreneur dans le monde de l’entreprise.

 

Découvrez l’histoire de Fluoptics, l’une des entreprises innovantes accompagnées par Banque Populaire à Grenoble.

Découvrez les belles histoires d’entreprises innovantes (start-up, PME et ETI) soutenues et accompagnées par Banque Populaire.